Sous Terre

August 24, 2019

Mon défi dans cette vie ... accepter cette incarnation sur Terre, loin de mon monde des étoiles avec une réalité 3D et des codes qui me déconcertent. Toujours l'impression depuis toute petite d'être en décalage permanent avec la réalité et les autres.

Mais pourquoi c'est comme ça ici ?!! 

Recherche de Liberté, d'Elans, de Merveilleux, de Grand, d'Absolu. Vibrer.

 

Mon parcours m'a amenée à accepter ce voyage de la vie ici-bas, à guérir de la nostalgie de cet état d'âme libre dans la Source, l'alliance avec mon corps (quelques années de travail !!!!), puis plus récemment l'atterrissage sur notre belle planète. Sentir le sol sous mes pieds, me relier à la Terre et ACCEPTER qu'elle me porte et me transmette son énergie.

Jusqu'à pouvoir dire depuis 2 ans : Je viens des étoiles, mais la Terre est ma Maison. Allelluhia.

 

Je pensais être arrivée, être parfaitement ancrée, quand la Vie (malicieuse) m'a amenée .... sous Terre.

 

Avril 2019. Clan de Shaman. My Tribe. Endroit de rêve. La Nature dans toute sa splendeur et sa force. Nous visitons ce lieu qui nous accueille et qui accueillera beaucoup de voyageurs de l'âme dans les années à venir. Nous avons 3 jours pour nous, pas de plans, nous laisser porter tous ensemble et laisser opérer la magie quand elle se présente. Au détour d'un chemin, des arceaux, structure dépouillée sur la terre, une hutte de sudation. Exclamation du clan : et si on faisait une hutte demain soir ? 

Stupeur .... je n'ai jamais voulu en faire, pas d'attirance, une appréhension car je suis claustrophobe. Je survis 2' dans un hamam, je ne peux pas couvrir mon visage, ni rester confinée dans un petit espace.

6 jours auparavant je suis à Caen avec mon amie et femme sage Christine et je me revois lui dire

" oh moi les huttes de sudation, c'est pas mon truc, on verra si ça se présente sur mon chemin un jour"

Veillez à chuchoter : ils ont de grandes oreilles là-haut !!!!

Unanimité autour de moi, hutte le lendemain soir avec toute la préparation qui accompagne cette purification.

En mon fort intérieur, un OUI conscient et engagé pour cette étape envoyée dans un contexte sécurisé ... je rassure quand même mon mental avec un "et même quand il fait super chaud et qu'on a l'impression de manquer d'air ... on ne peut pas étouffer ... hein ?" avec des trémolos dans la voix et les yeux embués #j'veuxpasmourir

Ma super Tribe me rassure avec un grand sourire et en me tendant la main : on est là avec toi

Ok Univers : check, ready

 

Légèreté de la journée, ballade dans la nature, soins, préparation de la hutte, du bois et des pierres. Je découvre ce cérémonial avec joie et une certaine sérénité. Chaque geste a du sens. Accueil de chaque instant ... dans l'instant, le process a démarré bien avant mon arrivée. Visions depuis la programmation de ce week end. Moi couchée dans la Terre, ma peau à même le sol, idée de mort et de renaissance, j'y ai associé cette image de phénix. Feu. Je ne comprends pas mais visions nettes.

 

Tombée de la nuit, nous avançons tous en file indienne au milieu de la prairie puis du bois jusqu'au lieu du rituel. Se gorger du spectacle, respirer, aller vers ce que les Esprits ont préparé pour nous, pour moi. Faire naître le Feu, ce grand feu qui va me transformer. Moment solennel tout en simplicité, esprit de fête. Les pierres sont en place avec nos intentions dans le brasier. Je revêtis mon paréo pour la hutte. Peau qui respire. Liberté de mouvement autour du feu avec mon tambour, avec nos tambours. Esprit de la danse. Je suis captivée par ce feu immense et je laisse mon corps se mettre en mouvement. Impression qu'il vient remplir mon ventre et ouvrir un chemin. De ce ventre peut naître quelque chose. Un nouvel élan, mais après un bain de terre pour mon corps.

 

Le temps de la hutte arrive. J'entre calmement en conscience avec mon clan. La hutte est très grande, bonne surprise, j'ai de l'espace pour m'asseoir puis m'allonger si besoin. Obscurité surprenante, la lumière ne passe vraiment pas sur le pourtour. Un ami-allié à ma gauche, une amie-alliée à ma droite, le creux de la Terre au centre et notre magnifique Gardienne du Feu qui amène les premières pierres incandescentes. Quelle beauté ! Rougeoiement, éclats de lumière, battement de coeur des pierres qui nous offrent leurs motifs, leur densité. Temps suspendu.

La gardienne va refermer la porte.

 

ANGOISSE, la peur s'empare de moi d'un coup et monte. Eruption :  "non non NON, c'est un cauchemar, ils vont m'enfermer VIVANTE. Je suis ailleurs dans une tombe, dans 2 endroits différents pour être précise, en Egypte et je n'ai pas le temps de saisir l'autre lieu, une caverne. ILS SONT EN TRAIN DE FERMER UN MUR DE PIERRES, de M'EMMURER VIVANTE. Ici je crie en serrant les mains de mes alliés, là bas dans cette "caverne/pièce" je reste digne pour ne pas leur offrir ce spectacle. Je sais mon sort scellé, je suis condamnée à tort et il ne sert à rien de hurler même si tout mon corps aspire à le faire. Je vais mourir, c'est un fait mais ce qui me fait peur c'est d'attendre la mort seule dans le noir. HORREUR.

La porte de notre hutte est fermée, je respire toujours, la vision et la peur disparaissent aussi soudainement qu'elles sont apparues. Je comprends mieux ce lien difficile avec l'obscurité et la nuit, je sens qu'une guérison vient de m'être offerte.

 

Eau. Feu. La vague de chaleur arrive. Rester calme, respirer. Et ces mots qui me traversent : "Tu es une étoile tombée du Ciel et maintenant tu es sous Terre". Je ris à gorge déployée de l'incongru de cette trajectoire et pourtant la réalité. Comment est-ce possible de tomber "si bas" ???

"Trouve ton Souffle". Je m'appuie sur le sol pour chercher la fraicheur. "Ton Souffle Sacré est là, trouve le" Et je comprends la symbolique de cette première porte dédiée au plan physique. Lorsque l'on a la sensation de tomber, de chuter dans notre vie, de vivre une période de chaos, accompagner le mouvement, s'appuyer le plus possible sur le sol, la Terre. Se déposer et reprendre force, retrouver son souffle, sa respiration, au bon rythme, au tempo approprié à la charge qui compresse nos poumons, notre coeur. "Tu ne peux jamais perdre ton Souffle". Mon souffle s'adapte à la chaleur environnante, devient plus régulier, et miracle, un son émerge. Un chant. Un chant collectif car tous au même moment sommes animés par ce Souffle commun. Il n'y a plus rien à penser, ni à craindre, juste recevoir et émettre, vivre la magie et le sacré.

 

Les portes se succèdent, plus ou moins difficiles à "traverser". Au plus fort de mon inconfort et de la panique qui a ressurgi - sur la porte de l'émotionnel OF COURSE - j'ai pleuré, gémi, je me suis allongée et enfoncée dans le sol. Mes alliés m'ont soutenue, caresses sur mon dos, main sur la mienne, je leur en suis tellement reconnaissante. J'ai eu besoin de déposer tout mon corps peau contre terre comme si elle me recouvrait, protégeait, m'aidait à respirer. Cocon de Terre. Seconde peau. Apothéose de chaleur pendant la porte du mental, j'ai cru m'endormir tellement chaque respiration m'épuisait, juste survivre dans ce noir total en m'en remettant à cette écorce terrestre ... et à mon corps.

Comme cette nuit, lorsque j'avais 2 ans, pendant laquelle j'ai lutté contre une forte crise d'asthme pour m'en sortir. Refusée par deux cliniques à Casablanca, acceptée en catastrophe dans une troisième avec cette exclamation en me voyant : si nous l'avions vue, nous ne l'aurions pas acceptée ????  On m'a placée sous une tente à oxygène avec cette phrase pour mes parents "on ne peut rien faire de plus, à elle de passer la nuit ..."

Je comprends en écrivant ces mots que cette nuit là j'ai eu le choix de partir ou de rester ....

Dans cette autre tente-rituelle, je sens inconsciemment que je peux me dépasser et rester. Ce voyage me demande de dépasser ma peur, de rencontrer ma RESISTANCE, et la confiance dans mon CORPS. Mon corps de terre qui a accueilli mon âme d'étoile.

 

Dernière porte : plan Spirituel. Une sensation de légèreté arrive, je décide de m'extraire de ma gangue de Terre pour m'asseoir et respirer très lentement l'air-vapeur. Et j'y arrive ! J'emplis mes poumons à chaque inspiration, calmement, et sens le mouvement régulier de ma poitrine qui a installé le rythme de sa vague. Fluidité, surprise et même joie.

J'ai trouvé mon Souffle sous Terre. Il ne peut plus rien m'arriver.

Je suis née à nouveau sous Terre. 

Je suis née de la Terre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Femmes Sacrées

December 14, 2018

1/5
Please reload

Posts Récents

October 16, 2019

August 24, 2019